NOTRE OLIVERAIE

Vous les verrez de loin. Ils scintillent au soleil. Branches chargées de fruits qui ondulent dans le vent. Ils sont très exactement 210 à plonger leurs racines dans ce champ ; ces oliviers que nous avons plantés pour donner tout son sens au projet.

Notre choix s’est porté sur l’Aglandau, une variété dont la robustesse est parfaitement adaptée aux conditions locales. Nous les avons aussi sélectionnés pour leur générosité qui produit des fruités verts de caractère, ardents, amers et poivrés.

Un jardin sec sempervirent, toujours vert, de 8 000 m2 entoure la Ferme. Partout, des petits chemins de plaisirs et d’initiations. Regardez, caressez, sentez, cueillez… vous êtes chez vous pour quelques jours.

Chênes verts, lauriers-tin, pistachiers, euphorbes, myrtes, buis, ce sont 2 500 sujets, dont les plantations ont commencé en février se finiront en mai. Lors de ses passages, le jardinier / cuisinier se fera un plaisir de vous initier aux secrets du potager gourmand, des plantes guérisseuses, et aromatiques, dont vous apprendrez à tirer le meilleur en cuisine.

Le jardin Les Callis par Stan de l’Atelier des Méditerranées

« Histoires d’usages »

Le jardin des Callis doit s’aborder comme un tout avec la douceur évidente d’un début de conversation. C’est une expérience sensorielle et paysagère. Une oliveraie d’un hectare introduit un jardin sec de 4000m2, où plantes fruitières et potagères, plantes aromatiques et médicinales, nourrissent les 5 sens pour apprendre et comprendre l’univers de l’huile d’olive et des plantes méditerranéennes.

Les oliviers racontent la Méditerranée, son climat et son histoire. Toutes les plantes méditerranéennes révèlent une multitude d’histoires et d’usages, que le jardin des Callis souhaite raviver à travers une scénographie sensorielle et didactique.

Les grands axes du projet sont :

- un jardin promenade en harmonie avec le site : intervenir en laissant le sentiment de n’avoir presque rien touché

- une diversité de milieux et biotopes : lisières, forêt jardinée, prairies, aromates, pelouses, verger, potager… Alternance de milieux ouverts et milieux plus denses et ombragés.

- un projet économe et écologique : un jardin sec sans arrosage, des plantations en jeunes sujets, des végétaux adaptés au sol en place, un respect du sol et du vivant, une dynamique végétale à anticiper

- un jardin des 5 sens : une expérience multisensorielle des végétaux, grâce à la diversité des couleurs de feuillage, des textures et des odeurs.

- Un jardin ethnobotanique : des jardins thématiques illustrent les usages thérapeutiques et domestiques des végétaux

- Un jardin partagé : ici, le jardinier est le médiateur de cette histoire botanique, le potager est offert au gourmand, les plantes guérisseuses utilisées, les tisanes réinventées…

Le jardin des Callis se présente à la fois comme un lieu didactique et sensoriel sur les plantes méditerranéennes, comme un jardin des plaisirs, à vivre et à goûter, et comme un jardin hautement éco-responsable.

VISITE GUIDEE

1- Le champ d’oliviers

Le visiteur longe le chemin des Fayards, bordé par le grand champ d’oliviers et de vignes. Entre les pieds de ces fruitiers, poussent les herbes sauvages et utiles de la prairie méditerranéenne. Cette ambiance paysagère «nature» évoque la grande tradition agro-sylvo-pastorale de Provence, où les champs étaient cultivés selon une trilogie : oliviers, vignes, céréales. Ces cultures mélangées rappellent ce qu’on appelle aujourd’hui l’agro-foresterie, dont les rendements s’avèrent beaucoup plus efficaces que les monocultures.

Une fois le champ longé, le visiteur aperçoit la ferme des callis et accède au jardin par une petite porte dérobée. Derrière les murs, il y a toujours un jardin. Le jardin n’est jamais vraiment secret, le jardinier aimant dévoiler ses secrets.

2- Le jardin toujours vert

Une des originalités de la végétation méditerranéenne est d’être « sempervirente ». La végétation ligneuse méditerranéenne, dominée par les chênes verts et composée de lauriers-tin, pistachiers, euphorbes, myrtes ou buis, ne perd pas ses feuilles durant l’hiver.

Cette végétation, modelée par le vent et le jardinier, prend ici des formes sculpturales.

La calade centrale évoque une aire de battage, lieu où les blés étaient battus. Elle est aussi un lieu d’arrêt dans le jardin, un lieu de rencontre. Elle s’ouvre à l’Est vers le paysage et les oliviers, à l’Ouest vers la cour- ou jardin clos-, au Sud vers le jardin sec méditerranéen.

3- Le jardin des amandiers et des odeurs de garrigue

L’amandier, originaire d’Asie occidentale, a été cultivé par les méditerranéens depuis fort longtemps et est devenu, comme l’olivier, un arbre emblématique des paysages du Midi de la France. Symbole de l’amour et de la virginité, l’amandier se pare d’une robe des fleurs blanc-rosé dès le mois de février, avant même que les feuilles n’apparaissent. Cette robe blanche s’apparente à celle d’une mariée le jour de son mariage.

Les amandes se récoltent à 2 moments distincts de l’année : soit fraîches (en vert) vers mai-juin, soit sèches vers le mois de septembre.

Au pied des amandiers, plantés assez espacés, et reconnus en BIO par ECOCERT se développent les plantes de la garrigue, plantes aromatiques, au port dense et buissonnant, dégageant de puissantes odeurs de Provence et attirant une grand nombre de pollinisateurs.

4- Le potager et le chemin des aromates

Implanté à proximité du futur grand bassin et de la cuisine, le potager BIO raconte l'épopée des légumes de la Méditerranée, potager d'hiver et d'été, légumes indigènes et légumes exotiques devenus symboles de la cuisine "traditionnelle" méditerranéenne. Une "histoire de la ratatouille".
Chaque matin, le jardinier et le chef cuisinier cueillent pour régaler les clients qui souhaitent un cours d’une cuisine d’émotions.

Accompagnant depuis toujours la cuisine méditerranéenne, les plantes aromatiques ont naturellement leur place à côté du potager. Sur une plate bande qui domine le potager, ce jardin d’odeurs, planté à hauteur de mains, incite au toucher. Thym, sauges, sarriettes, origans, lavandes, hysopes... le composent. Toutes ces plantes appartenant à la grande famille des Labiées poussent spontanément dans les collines méditerranéennes.

Les caractéristiques de ces espèces méditerranéennes sont liées à des stratégies de résistance à la sécheresse (climat méditerranéen+ sol calcaire poreux). La question est : comment garder son eau? La réponse est multiforme : Cycles de vie courts, réserves d'eau, feuilles petites, coriaces, munies de protection et... composés aromatiques. L’évaporation de ces composés créerait une « cloche gazeuse » qui limiterait les pertes en eau, et provoquerait également un refroidissement de la plante.

5- Le verger et la prairie fleurie

Des arbres fruitiers, planté en BIO se développent sur une large bande autour du potager. Au pied des arbres, se développe une prairie de plantes messicoles, vertes en hiver, fleuries au printemps et à l’automne, sèches en été. Une gestion écologique de « jardin en mouvement » est adoptée ici, laissant une grande part à l’évolution spontanée de cette prairie, les espèces se disséminant au gré des saisons. Une prairie à travers laquelle le jardinier crée des cheminements évolutifs, invitant à la promenade au milieu des herbes fleuries et des papillons…